Cas clinique local ! discussion autour de la cheville d'un traileur !

Bonjour,

Je vous présente le cas d'un sportif de 26 ans pratiquant l'escalade, la course (route et trail), et la musculation.

Suite à une chute en trail, il s'est rompu complètement le faisceau antérieur du ligament externe de la cheville (vu sur l'échographie).


Quelle est la conduite à tenir dans ce cas ? La chirurgie est elle à envisager, est ce une option fiable ?

Les risques à longs termes sont ils similaires à une entorse de cheville classique, sans rupture ligamentaire ?





Réponse proposée :


Qu'il y ait rupture ou pas, sur la base du guide de recommandation clinique de Vuurberg et col. de 2018 (en accès libre) (1), la conduite à tenir serait là même que pour une entorse : protection, élévation, compression, education, mise en charge adaptée, éviter les AINS, vasculariser par des activités cadiovasculaires, mobiliser le plus tôt possible (PEACE & LOVE)

Si immobilisation, il ne faudrait pas dépasser les 10 jours.


A propos de la chirurgie, elle serait à réserver principalement aux patients qui présentent une instabilité chronique et qui n'ont pas répondu à un programme de physiothérapie complet basé sur l'exercice. Les effets à long terme du traitement chirurgical en cas de lésion ligamentaire aiguë latérale correspondent à ceux du traitement fonctionnel. La chirurgie semble supérieure pour diminuer la prévalence d'instabilité chronique de cheville. Le reco du guide "Malgré de bons résultats cliniques de la chirurgie après des blessures chroniques et une rupture complète du ligament latéral aigu, le traitement fonctionnel est toujours la méthode préférée car tous les patients ne nécessitent pas de traitement chirurgical. Cela permet également d'éviter une exposition inutile à un traitement invasif et un risque inutile de complications (niveau 1). Cependant, les décisions de traitement doivent être prises sur une base individuelle. Chez les athlètes professionnels, un traitement chirurgical peut être préféré pour assurer un retour au jeu plus rapide"

Sur la base de compte rendu de congrès de la SFTS sur la cheville du footballeur en janvier 2019 (2) : "Le traitement de choix reste, dans la majorité des cas, fonctionnel, basé sur le port d’une orthèse limitant le tiroir antérieur en plus des mouvements latéraux. Pour être efficace, sa réalisation doit être rigoureuse avec le port de l’attelle jour et nuit, dans une chaussure adaptée, complété par de la rééducation à débuter dès que possible.

Ce traitement donne, dans la majorité des études, 80 % de bons résultats et 20 % d’instabilité secondaire.

Pour le joueur de haut niveau, la chirurgie reste une alternative en cas d’entorse grave. Quel que soit le traitement (orthopédique, fonctionnel, chirurgical), la durée d’indisponibilité sportive est quasi-similaire. Les modalités thérapeutiques sont à discuter au cas par cas.

Certaines études décrivent moins de douleurs résiduelles et d’instabilité récurrente avec l’option chirurgicale."


A long terme, la chirurgie semblerait diminuer le risque d'instabilité.

A discuter avec le patient et un chirurgien.


D'autres avis ?

1. Vuurberg G, Hoorntje A, Wink LM, Doelen BFW van der, Bekerom MP van den, Dekker R, et al. Diagnosis, treatment and prevention of ankle sprains: update of an evidence-based clinical guideline. Br J Sports Med. 1 août 2018;52(15):956‑956. https://bjsm.bmj.com/content/52/15/956 (accès libre)
 
2. Lopes R, Orhant E, Guillo S, Bouvard M, Brasseur JL, Brunot S, et al. La cheville du footballeur : résumés des communications de la 1re journée francophone des fédérations de la Société française de traumatologie du sport (SFTS) en partenariat avec la Fédération française de football (FFF). Journal de Traumatologie du Sport. juin 2019;36(2):120‑37.